pêche de la carpe
 
AccueilLien vers le siteS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 y a t il du pourrit dans la pêche gardoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vinvin30
Monster
Monster
avatar

Nombre de messages : 5575
Age : 39
Localisation : nimes
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Sam 26 Jan - 23:27

Fédération de pêche du Gard : la gestion financière du président clouée au pilori
HÉLÈNE AMIRAUX
26/01/2013, 14 h 07 | Mis à jour le 26/01/2013, 19 h 33
Réagir

Les critiques sont virulentes. Les présidents des AAPPMA dénoncent des abus et des anomalies. (Photo MIKAËL ANISSET)
Cela fait de nombreux mois que la gestion du président Yves Méjan est contestée à la tête de la fédération de pêche du Gard par plusieurs responsables de sociétés locales (AAPPMA). La démission de l’ancien trésorier et président de l’AAPPMA de Beaucaire, Serge Oliva, en septembre dernier, a donné à cette crise de confiance larvée, une nouvelle dimension, bien plus accablante pour Yves Méjan. Et ce, dans un contexte de désaffection, puisque la fédération a perdu 650 permis de pêche sur 2012, soit une perte de 20 000 €.

Depuis quelques semaines, les critiques des AAPPMA, notamment celles de Nîmes (1 640 pêcheurs), La Grand-Combe (197), Alès (société Alès en Cévennes, 297), Bagnols (575) ou encore Beaucaire (406), fusent et ciblent surtout la gestion financière de l’intéressé. À tel point que le 19 janvier, Pierre Aubert, président des pêcheurs du Haut Gard, a décidé entre autres de lancer une pétition demandant ni plus ni moins la démission d’Yves Méjan.

Dépenses "pas maîtrisées selon l'ancien trésorier

Pierre Aubert, président des pêcheurs du Haut Gard Parmi les principaux griefs, une gestion financière plus que douteuse. Serge Oliva, trésorier depuis 2012, parle d’"abus", de "dépenses pas justifiées" et "pas maîtrisées" de la part du président, "parfois sans le consentement du conseil d’administration". Comme lorsqu’il décide "seul" de passer un contrat avec une société pour la géolocalisation des gardes-pêche pour plusieurs milliers d’euros, décision pourtant rejetée en conseil d’administration. "Mais l’entreprise l’a sommé de payer et l’a menacé de porter plainte dans le cas contraire. Il y a des ventilations d’argent qui ne sont pas judicieuses", assure Serge Oliva, qui remarque des pratiques abusives : "À chaque fois qu’il venait à la fédération, il se faisait rembourser un repas et de l’essence, je l’ai mis en garde mais il a continué."

Un déficit en juin dernier de 30 000 euros

Lorsque l’ex-trésorier a souhaité vérifier certaines pièces comptables, "on m’a tracassé, confie-t-il. Quand j’ai dit que j’allais regarder ces pièces, Yves Méjan m’a dit “il ne faudrait pas que tu t’y amuses”". En juin 2012, quand Serge Oliva constate un déficit des comptes de 30 000 € et s’inquiète des conséquences d’une perte de 650 permis de pêche sur les subventions 2013, il tente d’alerter le président sur le risque d’un déficit "chronique", en vain. Yves Méjan refuse sa proposition de réunir les commissaires aux comptes pour tenter de redresser la situation : "Il m’a dit “ce n’est pas statutaire, on le fera au moment de l’AG”". Serge Oliva claque alors la porte.

La DDTM saisie en novembre

Et rejoint le clan des opposants de longue date, parmi lesquels Jacky Quittard, vérificateur aux comptes et président des Riverains montfrinois, Roland Siméoni, président de Rhône Cèze (Bagnols), Jean-Daniel Depoudent, président de l’Union des pêcheurs nîmois, Vincent Ravel, secrétaire d’Alès pêche en Cévennes, ou encore Pierre Aubert, membre du conseil d’administration et président des pêcheurs du Haut Gard. Tous dénoncent encore plus vertement l’attitude jugée solitaire du président. Le 19 janvier en assemblée des pêcheurs du Haut Gard, Pierre Aubert a dénoncé "de sérieux dysfonctionnements" pour lesquels il a saisi la Direction départementale des territoires et de la mer le 28 novembre 2012 et le 3 janvier dernier. Au premier rang des griefs, outre les éventuels gaspillages en frais de bouche, la tentative de vente de la pisciculture fédérale de Saint-André-de-Valborgne pour 270 000 € "sans accord du CA", ni même l’accord du trésorier de l’époque. Elle a été validée depuis. Mais pour les pêcheurs, il a outrepassé ses droits.

Dans ses courriers à la DDTM, il dénonce aussi pêle-mêle des irrégularités sur des travaux réalisés à l’intérieur de la fédération "par le conjoint d’une employée, sans appel d’offres (1 100 € et sans prévenir le CA)" ou encore les frais "exorbitants" générés par d’anciens contentieux devant la justice toujours pas réglés. "Depuis quarante-trois ans que je m’occupe de pêche, je n’ai jamais vu un président aussi incompétent, il dilapide l’argent des pêcheurs et nous n’avons plus d’alevinage ni d’aide pour les concours", peste celui qui était déjà à l’origine de la procédure judiciaire contre l’ancien président Gilbert Nicola (condamné en 2003 pour abus de confiance et prise illégale d'intérêt).

"On ne fait rien pour les AAPPMA"

Jean-Daniel Depoudent de l’Union des pêcheurs nîmois "On ne peut pas décider tout seul d’augmenter de 4 € le prix des permis alors qu’on ne fait rien pour les AAPPMA et qu’on les tue." Il envisage d’ailleurs de lancer une procédure de gendarmerie. D’autres présidents envisagent plutôt de bloquer le prochain budget. Manque de transparence sur la répartition des fonds provenant de la vente des permis, absence de la fédération dans la gestion des milieux (alevinage, prélèvements, pollution), non remboursement de certains baux de pêche, baisse des aides pour les écoles de pêche, etc., ne sont plus tolérés dans les AAPPMA. Aujourd’hui, Roland Siméoni à Rhône Cèze se dit "écœuré". Le Nîmois Jean-Daniel Depoudent dénonce de l’"obscurantisme" : "Nous versons 140 000 € par an à la fédération et on n’a pas d’info".

YVES MÉJAN : "CE N'EST PAS VRAI"
Yves Méjan, président de la fédération de pêche du Gard qui n'avait pas répondu aux sollicitations de Midi Libre, est sorti de son silence hier matin. Il a réagi à chaud sur plusieurs des accusations portées contre lui par certains présidents d'AAPPMA :"Tout ceci, c'est des mesquineries, ce n'est pas vrai". Au sujet de la pisciculture : "Ce n'est pas un problème, c'est l'agent immobilier qui a mis l'annonce sur internet avant que cela passe en CA, j'ai respecté les statuts, ça ce sont des bricoles". Sur les frais de bouche: "C'est légal, c'est dans les statuts, j'ai droit à des frais d'indemnisation et il n'y a pas que moi d'ailleurs, les administrateurs aussi, le trésorier aussi". Pour ce qui est des pièces comptables "ce n'est pas vrai, Serge Oliva a passé des années à vérifier les comptes, il a toujours tout signé derrière moi".
Revenir en haut Aller en bas
http://even30000.skyrock.com/
lineaire38
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1791
Age : 61
Localisation : isere ( 38 )
Date d'inscription : 01/11/2012

MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Dim 27 Jan - 7:02

je ne connais pas trop l'affaire mais ce Monsieur le Président!! me semble pas très clair dans la gestion de sa fédé!!!affaire a suivre,tiens nous au jus Vinvin
Revenir en haut Aller en bas
vinvin30
Monster
Monster
avatar

Nombre de messages : 5575
Age : 39
Localisation : nimes
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Dim 27 Jan - 11:14

oui et serge et un ancien du forum mais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://even30000.skyrock.com/
olivier
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 10009
Age : 46
Localisation : Aimargues
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Dim 27 Jan - 18:00

salut

et ça ce n'est qu'une partie que l'on veux bien dévoilé au publique .
quel tristesse de voir tout ça . tent d'argents dépenser pour du paraître , alors que des petites aappma et cleb on du mal a garder la tète hor de l'eau .
là mois je dis vive le privée et s'est bien dommage .

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.
Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.
Revenir en haut Aller en bas
vinvin30
Monster
Monster
avatar

Nombre de messages : 5575
Age : 39
Localisation : nimes
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Dim 27 Jan - 19:20

mais bons serge a beaucoup naviguer alors ou et le vraix du faut ?????????????
Revenir en haut Aller en bas
http://even30000.skyrock.com/
vinvin30
Monster
Monster
avatar

Nombre de messages : 5575
Age : 39
Localisation : nimes
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Mar 29 Jan - 23:15

la reponse du president :

Yves Méjean se défend notamment des "gaspillages" en frais divers qui lui sont imputés et rappelle les statuts. (Arch. ML)
Le président de la fédération de pêche du Gard répond point par point aux mises en cause de plusieurs présidents de sociétés de pêche dont celles de la Grand Combe, Beaucaire, Nîmes et Bagnols.

Des présidents d’AAPPMA ainsi qu’un administrateur, Pierre Aubert, vous reprochent de prendre certaines décisions importantes pour la Fédération sans passer par le conseil d’administration (vente de la pisciculture, contrat de géolocalisation des garde-pêche), au mépris des statuts. Qu’en est-il ?

Pour la mise en place d’un système de géolocalisation des garde-pêche, oui la décision a été prise hors conseil d’administration. On ne va pas convoquer un CA à chaque fois qu’on prend une décision, il n’y en a que quatre par an, on ne ferait plus rien sinon. Le service administratif a trouvé que la géolocalisation était une bonne idée car un garde s’était fait agresser et un autre était tombé à l’eau. J’ai pris les devants, et signé un contrat en disant au gars c’est sous couvert de l’accord du CA. C’est passé en CA un mois plus tard, le projet a été refusé. J’ai alors dénoncé le contrat par courrier recommandé. Mais depuis je n’ai pas reçu de réponse de la société en question.Yves Méjan Pour la vente de la pisciculture, tout le monde était d’accord, j’en ai parlé à tout le monde. J’ai pris contact avec un agent immobilier d’Anduze, je lui ai fait visiter, il m’a dit qu’on pourrait la vendre à 270 000 €. Je lui ai dit de ne pas mettre l’annonce sur internet tant que le projet n’était pas passé en CA. Le jour du CA, quelqu’un a dit “on ne comprend pas, l’annonce est déjà sur internet, puisque c’est comme ça, on refuse la vente”. J’ai été moi-même surpris que ce soit sur internet. J’ai fait retirer l’annonce. En septembre, le CA a validé la décision et on a signé le contrat avec l’agent immobilier dans la foulée.

Avez-vous fait réaliser des travaux dans la fédération pour 1 000 €, par un proche d’une employée et sans appel d’offres ?

Cet été, on s’est aperçu qu’il y avait des vols de matériel (cannes à pêche, moulinets). Pour régler ce problème, j’ai contacté un maçon qui avait déjà travaillé pour la fédé, pour mettre une cloison. Il m’a fait un devis de 850 €. J’ai signé et il a commencé les travaux. Mais Serge Oliva (l’ancien trésorier, Ndlr) m’a dit : “pourquoi tu as commencé les travaux alors que ce n’est pas passé en CA ?” (Serge Oliva avait refusé de signer la facture de 1 097 € jusqu’à ce que la décision soit validée par le CA, Ndlr). D’abord, parce que c’était urgent par rapport aux vols. D’autre part, on ne fait pas un appel d’offres pour 800 €, c’est une bricole, personne ne répondra. Ces accusations portées contre moi, ce sont des mesquineries, c’est petit ! Le CA a validé et Serge Oliva aussi. Mais nous sommes en train de rédiger un règlement intérieur à la Fédération pour que le président puisse prendre des décisions portant sur des dépenses jusqu’à 1 000 € sans passer par le CA.

Des voix se sont élevées dont celles de Jacky Quittard (vérificateur aux comptes) et Pierre Aubert (administrateur), pour dénoncer un "gaspillage" en terme de frais de bouche et de représentation, au-delà, selon eux, des 300 € qui vous sont déjà alloués chaque mois sur décision du CA. Que leur répondez-vous ?

J’ai droit à une indemnité représentative de 300 € par mois et Serge Oliva avait droit à 150 €. Par ailleurs, quand je viens à la fédé trois fois par semaine, à midi, je mange au restaurant et quand il y a un collaborateur qui vient pour travailler à la fédé, je l’invite à manger. Selon nos statuts, les déplacements en voiture des administrateurs sont remboursés à hauteur de 0,45 € par kilomètre et les frais de repas en mission sont remboursés sur facture dans une limite raisonnable. Ces dispositions ont été rappelées en CA du 18 décembre dernier.

Si vos repas de missions et vos déplacements sont remboursés, à quoi servent les 300 € mensuels en plus ?

Le travail que je fais je ne le fais pas pour rien. Ce sont des frais de représentation. Cela sert à des achats de costumes, chemises, etc. Quand le trésorier et le président vont à des réunions à Montpellier par exemple, ils ont besoin d’être bien habillés d’avoir une nouvelle serviette, de payer un coup à boire. Et c’est uniquement le président et le trésorier qui en bénéficient.

Serge Oliva explique qu’il a eu dû mal à vérifier certaines pièces comptables et que vous n’avez pas écouté ses mises en garde sur le risque de déficit pour 2012.

Ce n’est pas vrai ! En octobre dernier, il m’a dit “Jacky Quittard veut contrôler les comptes pour l’année prochaine”. J’ai dit que c’était trop tôt, qu’il fallait attendre l’assemblée générale. Ce n’est pas moi qui aie les pièces comptables, c’est la comptable et toutes les pièces ont été signées par M. Oliva. Quant à sa proposition de réunir les commissaires aux comptes, il ne servait à rien de la faire avant la fin de l’année. Mais je ne lui ai jamais interdit quoi que ce soit, il avait de toute façon la même autorité que moi. Pour ce qui est du déficit, le bilan intermédiaire de juin (où apparaissait un déséquilibre de 30 000 € selon Serge Oliva) ne tenait pas compte de la rentrée d’argent des cartes de pêches dont on n’avait pas le nombre et de deux subventions demandées au conseil général de 13 000 € et 17 000 €. On a eu confirmation en mai. Je n’étais pas inquiet, chaque année c’est la même chose.

Globalement, 650 permis de pêche ont été perdus sur 2012, avec un manque à gagner pour la fédé. Comment expliquez-vous cette désaffection ?

Alès pêche en Cévennes (Apec) en a perdu 466, l’Union des pêcheurs nîmois 70 et les pêcheurs du Haut Gard 50, soit 586 permis pour trois sociétés. Les 64 permis restants se répartissent sur une dizaine de sociétés. Sur Nîmes, ça peut se comprendre par l’influence d’internet sur ce secteur urbain : les gens peuvent choisir d’acheter leur permis en ligne correspondant à leur zone de pêche et pas à leur lieu d’habitation. Pour l’Apec, il y a eu un report de 150 cartes sur la société du Gardon alésien mais il manque encore 300 permis. Là, on n’a pas trouvé de réponse satisfaisante. On ne comprend pas. Mais certaines sociétés comme Bellegarde en ont gagné, elles sont dynamiques.

CARTE BANCAIRE "PRÊTÉE POUR DES PETITS ACHATS"
L’administrateur et président des pêcheurs du Haut Gard, Pierre Aubert a critiqué dans un courrier adressé à Yves Méjan l’usage d’une carte bancaire de la fédération "à disposition du personnel ou autres administrateurs peut être pour soit disant régler
de petites dépenses ? Mais de qui se moque-t-on?".
Yves Méjan répond : "La comptable contrôle la carte. Elle a été prêtée à la directrice pour de petits achats comme du café et au garde chef, seulement une ou deux fois pour payer un repas ou un hôtel à l’occasion du salon de la pêche. Sinon c’est le trésorier et moi qui l’utilisons"
Revenir en haut Aller en bas
http://even30000.skyrock.com/
vinvin30
Monster
Monster
avatar

Nombre de messages : 5575
Age : 39
Localisation : nimes
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    Mar 29 Jan - 23:17

la reponse du president :

Yves Méjean se défend notamment des "gaspillages" en frais divers qui lui sont imputés et rappelle les statuts. (Arch. ML)
Le président de la fédération de pêche du Gard répond point par point aux mises en cause de plusieurs présidents de sociétés de pêche dont celles de la Grand Combe, Beaucaire, Nîmes et Bagnols.

Des présidents d’AAPPMA ainsi qu’un administrateur, Pierre Aubert, vous reprochent de prendre certaines décisions importantes pour la Fédération sans passer par le conseil d’administration (vente de la pisciculture, contrat de géolocalisation des garde-pêche), au mépris des statuts. Qu’en est-il ?

Pour la mise en place d’un système de géolocalisation des garde-pêche, oui la décision a été prise hors conseil d’administration. On ne va pas convoquer un CA à chaque fois qu’on prend une décision, il n’y en a que quatre par an, on ne ferait plus rien sinon. Le service administratif a trouvé que la géolocalisation était une bonne idée car un garde s’était fait agresser et un autre était tombé à l’eau. J’ai pris les devants, et signé un contrat en disant au gars c’est sous couvert de l’accord du CA. C’est passé en CA un mois plus tard, le projet a été refusé. J’ai alors dénoncé le contrat par courrier recommandé. Mais depuis je n’ai pas reçu de réponse de la société en question.Yves Méjan Pour la vente de la pisciculture, tout le monde était d’accord, j’en ai parlé à tout le monde. J’ai pris contact avec un agent immobilier d’Anduze, je lui ai fait visiter, il m’a dit qu’on pourrait la vendre à 270 000 €. Je lui ai dit de ne pas mettre l’annonce sur internet tant que le projet n’était pas passé en CA. Le jour du CA, quelqu’un a dit “on ne comprend pas, l’annonce est déjà sur internet, puisque c’est comme ça, on refuse la vente”. J’ai été moi-même surpris que ce soit sur internet. J’ai fait retirer l’annonce. En septembre, le CA a validé la décision et on a signé le contrat avec l’agent immobilier dans la foulée.

Avez-vous fait réaliser des travaux dans la fédération pour 1 000 €, par un proche d’une employée et sans appel d’offres ?

Cet été, on s’est aperçu qu’il y avait des vols de matériel (cannes à pêche, moulinets). Pour régler ce problème, j’ai contacté un maçon qui avait déjà travaillé pour la fédé, pour mettre une cloison. Il m’a fait un devis de 850 €. J’ai signé et il a commencé les travaux. Mais Serge Oliva (l’ancien trésorier, Ndlr) m’a dit : “pourquoi tu as commencé les travaux alors que ce n’est pas passé en CA ?” (Serge Oliva avait refusé de signer la facture de 1 097 € jusqu’à ce que la décision soit validée par le CA, Ndlr). D’abord, parce que c’était urgent par rapport aux vols. D’autre part, on ne fait pas un appel d’offres pour 800 €, c’est une bricole, personne ne répondra. Ces accusations portées contre moi, ce sont des mesquineries, c’est petit ! Le CA a validé et Serge Oliva aussi. Mais nous sommes en train de rédiger un règlement intérieur à la Fédération pour que le président puisse prendre des décisions portant sur des dépenses jusqu’à 1 000 € sans passer par le CA.

Des voix se sont élevées dont celles de Jacky Quittard (vérificateur aux comptes) et Pierre Aubert (administrateur), pour dénoncer un "gaspillage" en terme de frais de bouche et de représentation, au-delà, selon eux, des 300 € qui vous sont déjà alloués chaque mois sur décision du CA. Que leur répondez-vous ?

J’ai droit à une indemnité représentative de 300 € par mois et Serge Oliva avait droit à 150 €. Par ailleurs, quand je viens à la fédé trois fois par semaine, à midi, je mange au restaurant et quand il y a un collaborateur qui vient pour travailler à la fédé, je l’invite à manger. Selon nos statuts, les déplacements en voiture des administrateurs sont remboursés à hauteur de 0,45 € par kilomètre et les frais de repas en mission sont remboursés sur facture dans une limite raisonnable. Ces dispositions ont été rappelées en CA du 18 décembre dernier.

Si vos repas de missions et vos déplacements sont remboursés, à quoi servent les 300 € mensuels en plus ?

Le travail que je fais je ne le fais pas pour rien. Ce sont des frais de représentation. Cela sert à des achats de costumes, chemises, etc. Quand le trésorier et le président vont à des réunions à Montpellier par exemple, ils ont besoin d’être bien habillés d’avoir une nouvelle serviette, de payer un coup à boire. Et c’est uniquement le président et le trésorier qui en bénéficient.

Serge Oliva explique qu’il a eu dû mal à vérifier certaines pièces comptables et que vous n’avez pas écouté ses mises en garde sur le risque de déficit pour 2012.

Ce n’est pas vrai ! En octobre dernier, il m’a dit “Jacky Quittard veut contrôler les comptes pour l’année prochaine”. J’ai dit que c’était trop tôt, qu’il fallait attendre l’assemblée générale. Ce n’est pas moi qui aie les pièces comptables, c’est la comptable et toutes les pièces ont été signées par M. Oliva. Quant à sa proposition de réunir les commissaires aux comptes, il ne servait à rien de la faire avant la fin de l’année. Mais je ne lui ai jamais interdit quoi que ce soit, il avait de toute façon la même autorité que moi. Pour ce qui est du déficit, le bilan intermédiaire de juin (où apparaissait un déséquilibre de 30 000 € selon Serge Oliva) ne tenait pas compte de la rentrée d’argent des cartes de pêches dont on n’avait pas le nombre et de deux subventions demandées au conseil général de 13 000 € et 17 000 €. On a eu confirmation en mai. Je n’étais pas inquiet, chaque année c’est la même chose.

Globalement, 650 permis de pêche ont été perdus sur 2012, avec un manque à gagner pour la fédé. Comment expliquez-vous cette désaffection ?

Alès pêche en Cévennes (Apec) en a perdu 466, l’Union des pêcheurs nîmois 70 et les pêcheurs du Haut Gard 50, soit 586 permis pour trois sociétés. Les 64 permis restants se répartissent sur une dizaine de sociétés. Sur Nîmes, ça peut se comprendre par l’influence d’internet sur ce secteur urbain : les gens peuvent choisir d’acheter leur permis en ligne correspondant à leur zone de pêche et pas à leur lieu d’habitation. Pour l’Apec, il y a eu un report de 150 cartes sur la société du Gardon alésien mais il manque encore 300 permis. Là, on n’a pas trouvé de réponse satisfaisante. On ne comprend pas. Mais certaines sociétés comme Bellegarde en ont gagné, elles sont dynamiques.

CARTE BANCAIRE "PRÊTÉE POUR DES PETITS ACHATS"
L’administrateur et président des pêcheurs du Haut Gard, Pierre Aubert a critiqué dans un courrier adressé à Yves Méjan l’usage d’une carte bancaire de la fédération "à disposition du personnel ou autres administrateurs peut être pour soit disant régler
de petites dépenses ? Mais de qui se moque-t-on?".
Yves Méjan répond : "La comptable contrôle la carte. Elle a été prêtée à la directrice pour de petits achats comme du café et au garde chef, seulement une ou deux fois pour payer un repas ou un hôtel à l’occasion du salon de la pêche. Sinon c’est le trésorier et moi qui l’utilisons"
Revenir en haut Aller en bas
http://even30000.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: y a t il du pourrit dans la pêche gardoise    

Revenir en haut Aller en bas
 
y a t il du pourrit dans la pêche gardoise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonnes adresses dans le Haut Doubs
» Perte de sensibilité dans les doigts de pied
» Escalade Dans Les Pyrenees Orientales
» Je suis dans la merde pour mon permis. Vélib et alcool.
» Siège bébé et pousette dans le coffre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Carpillon :: ACCUEIL :: Discussions générales-
Sauter vers: